Management: pilotez un Boeing 737 pour devenir un meilleur dirigeant

Par Adrien Schwyter le 16.01.2018 à 16h37, mis à jour le 17.01.2018 à 09h53

VIDÉO Manager, vous recherchez une formation à l’écart des sentiers battus? Challenges a déniché pour vous des stages professionnels insolites. Aujourd’hui, pleins feux sur les charmes du pilotage d’un avion de ligne afin d’améliorer les capacités de coordination et de communication des dirigeants. Immersion.

Prenez le manche d'un avion de ligne afin de devenir un meilleur manager

Flight Experience propose des formations pour les managers en situation de stress dans un cockpit d’avion de ligne afin d’améliorer leur communication et leur cooperation.

Une fois la porte refermée, vous voilà avec votre copilote aux manettes d’un Boeing 737. La multitude de boutons lumineux et d’instruments de mesure à profusion vous procurera une immersion inédite. D’autant que votre avion a décollé de Rome et qu’il se dirige vers Paris CDG. Bienvenue au sein du simulateur aérien de Flight Experience, à un jet de la Seine, dans le XIIIème à Paris.
Associé au cabinet de conseil Solar Management, une formation, « Under pressure » a été imaginée afin d’améliorer la communication et la coopération entre les dirigeants d’entreprise en situation de stress. Une mise en situation grandeur nature qui place virtuellement les participants à plus de 10.000 mètres d’altitude où la moindre erreur peut avoir des conséquences dramatiques.

« Perdre vos réflexes et vos repères »

« Ce qui a été acquis dans le monde de l’aéronautique peut servir les relations dans l’entreprise, explique Hugo Lunardelli, directeur de Flight experience. Au sein d’un équipage, la qualité de la coopération et de la communication est fondamentale pour la réussite de la mission, à savoir que le vol arrive à son terme avec des passagers sains et saufs ».

La formation permet « un outil parfait de dépaysement pour le directeur du centre de simulation. Vous ne savez plus vraiment où vous habitez. Vous allez perdre vos réflexes et vos repères. Cela nous permet d’observer de façon plus efficace la manière dont les personnes communiquent et travaillent ensemble ».

« Vous devrez vous répartir le travail »

Ce mercredi d’automne, deux cadres d’Etam participaient à cette formation. Ils ont accepté que nous suivions leurs premiers pas de pilotes amateurs… et que nous assistions au débriefing ensuite de leurs points forts et de leurs erreurs.

Comme dans un « serious game », tout commence par le briefing sur les règles du jeu et sur la mission à accomplir. Il est effectué ici par un instructeur qui détaille au duo les 19 pages du manuel de vol qu’ils devront utiliser une fois en l’air. « Vous pouvez et vous devrez vous répartir le travail entre vous », les avertit-il en suivant la liste d’actions à effectuer une fois en vol.

« Cette activité de cohésion a une vraie dimension pédagogique, plaide Stéphane Michel, coach en formation pour Solar Management, qui observe via la caméra et les micros placés dans le cockpit, la performance en direct des deux cadres d’Etam. Cet outil met en exergue les relations de travail ainsi que les réactions sous stress dans le cockpit. Cela nous permet de tirer les enseignements positifs ou non ».

« Ils ont perdu de vue la mission »

Lors de la simulation, les ordres avec la tour de contrôle sont assurés par un instructeur de Flight Experience. Pour pimenter le tout, le chef de cabine de l’appareil n’arrête pas d’appeler les pilotes pour les distraire afin de savoir s’ils veulent se restaurer ou boire un café. Enfin pour augmenter la dose de stress, la simulation se termine sur une panne moteur et un fort brouillard à l’arrivée.

Et le verdict ne met pas longtemps à tomber: « Ils ont un book avec une liste d’actions à réaliser détaille le coach. Sauf qu’ils confondent leur book de procédure et la mission. Ils regardent par anticipation tout ce qu’ils pourraient faire mais ils ont perdu de vue la mission qui leur a été confiée ». « C’est un effet classique du stress, ajoute le coach en management. On ne sait plus ce qu’il faut faire et on perd sa faculté de réfléchir. » Côté point positif, notre duo « communique bien et se répartit bien le boulot. Ils se font totalement confiance alors que parfois dans les binômes, à force de vérifier que l’autre personne travaille bien, cela perturbe le fonctionnement de la mission ».

800 à 1.000 euros par personne

Le duo de cadres d’Etam tombe des nues lors du débriefing à chaud, réalisée à la sortie de la cabine de pilotage. « Je n’ai pas eu le sentiment qu’on ait été débordés par certains éléments », lâche Caroline Roland, responsable de la gestion commerciale France d’Etam. « On était tout le temps dans l’attente de ce qui arrivait », considère son copilote, Stepan Para, responsable de gestion commerciale internationale d’Etam. Les deux cadres considèrent que « c’est une super expérience et que cela nous met dans une situation inconnue où on est obligés de prendre nos marques très rapidement » avec « un stress rencontré bien réel ».

L’exercice de simulation de vol aura duré en tout environ 2 heures 30. Si la formation peut se révéler efficace, l’amélioration des compétences managériales a un prix élevé. En fonction de la formule choisie, il en coûtera de 800 à 1.000 euros par participant en fonction de la formule retenue. En cas de succès, la formation permettra à Flight experience de diversifier son offre alors que le simulateur est utilisé pour l’entraînement des pilotes ainsi que pour apprendre à gérer son stress en avion.